Mieux comprendre les noms de domaine

Sommaire

    Compréhension rapide

    Explications détaillées

    Quelques éléments de base

Crédit photo : hdzimmermann - Flickr

Internet est un réseau informatique gigantesque composé de serveurs (ordinateurs dédiés à la fourniture de services informatique), de routeurs (machines servant d’aiguillage pour véhiculer les paquets de données à travers un réseau, entre plusieurs serveurs ou routeurs) et d’ordinateurs (équipements des particuliers, des entreprises, etc.).

C’est grâce à une URL (Uniform Resource Locator) - appelée communément “adresse Web”- que l’on peut retrouver l’endroit exact d’une ressource sur le réseau (page web, point de téléconférence, données...).

Cette adresse, du type http://aquitaine.fr, est composée d’une chaîne de caractères et donne deux grandes sortes d’information pour indiquer à un logiciel comment accéder à une ressource : le nom de protocole et le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
.

    Le nom de protocole : un standard d’échanges

Le protocole est un ensemble de règles et de procédures à respecter pour émettre et recevoir des données sur un réseau.

Le protocole le plus répandu est le protocole HTTP (HyperText Transfer Protocol), qui permet d’échanger des pages Web. Il est sécurisé quand il est écrit HTTPs (notamment utilisé pour le commerce électronique).

De nombreux autres protocoles sont utilisables, mais moins connus (FTP pour le téléchargement de gros fichiers sur des serveurs de fichiers, Mailto, pour la communication et l’échange d’e-mails avec des serveurs de messagerie électronique, etc...) .

    Du nom de serveur au nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).

Le nom de serveur est le nom de la machine hébergeant la ressource demandée. Ce nom correspond à une adresse IP ou à un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
.

De même qu’une adresse postale permet de situer une habitation, chaque matériel informatique (ordinateur, modem ADSL, imprimante réseau, routeur, etc) dispose de ce que l’on appelle une adresse IP (Internet Protocol), afin d’être localisé sur le réseau internet et relié à lui.

Actuellement cet adressage se fait via le protocole IPv4 (adresse de type 123.31.5.24) mais l’épuisement des adresses IPv4 a conduit à l’émergence d’un nouveau protocole, IPv6 (adresse de type 2001:db8:0:85a3:0:0:ac1f:8001). Les adresses IPv6, beaucoup plus longues, permettent de prendre en charge un nombre beaucoup plus important d’internautes ou de dispositifs connectés au réseau.

Grâce à ces adresses IP, les routeurs peuvent acheminer les informations d’une source à une destination spécifique. Chaque ordinateur d’un réseau possède une adresse IP unique sur ce réseau.

L’adresse IP étant compliquée à retenir et rendant difficile les échanges, il a été convenu - depuis 1983 et le développement progressif de contenus sur internet - de créer une zone plus explicite d’adressage, plus simple d’accès pour les usagers, composée de mots du langage courant et d’abréviations : le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
.

    De la composition d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).

Le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
regroupe un ensemble d’ordinateurs reliés entre eux à internet et possédant une caractéristique commune :

  • aquitaine.fr inclut l’ensemble des ordinateurs hébergeant des activités pour la région Aquitaine.

Grâce à des machines, appelées serveurs de nom de domaine, ou serveurs DNS, le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
contenu dans une requête saisie par un internaute est converti en une adresse IP compréhensible par les ordinateurs et les réseaux.

Crédit photo : Vladimir Mitskevich - Wikimedia Commons

Pour résumer, si on décortique l’adresse suivante : http://aquitaine.fr, on distingue :

  • http : le nom du protocole, l’élément qui correspond au protocole d’échange utilisé pour que deux machines puissent communiquer sur le réseau.
  • aquitaine.fr : l’identifiant du domaine internet : il s’agit du nom de serveur de l’ordinateur hébergeant la ressource demandée.
  •  :// est le séparateur qui permet de différencier le nom du protocole du nom de serveur.

    Autres éléments de l’URL

L’URL peut, mais c’est plus rare et facultatif, contenir un identifiant et mot de passe permettant de spécifier les paramètres d’accès à un serveur sécurisé, ou un numéro de port, permettant d’avoir accès au système d’exploitation (par défaut, ce numéro est 80 pour la consultation d’un serveur HTTP).

Une URL se termine souvent par le chemin d’accès à la ressource : il s’agit du nom de répertoire (emplacement du fichier), du nom de sous-répertoire, ou du nom de fichier, ce qui permet au serveur de connaître l’emplacement précis de la ressource.

Par exemple :

http://aquitaine.fr/actualites/la-sante-en-mode-numerique.html

Il faut savoir par ailleurs que le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
est également utilisé dans les adresses e-mails sous la forme : nom.prenom@nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).

Par exemple d.dupont@aquitaine.fr

    www ou pas www ?

Le nom de serveur est souvent composé d’un préfixe formé par www. A l’origine, ce préfixe servait à identifier la machine dédiée aux services web. Aujourd’hui, il tend à disparaître. Si certains sites sont inaccessibles sans les www, c’est que l’opération de conversion du nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
en adresse IP n’a pas été effectuée.

Ainsi, les adresses http://aquitaine.fr et http://www.aquitaine.fr sont associées à la même adresse IP.

En revanche l’adresse http://justice.gouv.fr ne fonctionne pas car elle n’a pas été reliée à la même adresse IP que http://www.justice.gouv.fr/.

    Une organisation pyramidale

Les noms de domaines sont organisés dans un système hiérarchique appelé Domain Name System (DNS) ou système des noms de domaines en français.

Concrètement, il existe treize serveurs répartis dans le monde qui hébergent les données permettant le bon fonctionnement du DNS et des services qui utilisent ce système : internet, courrier électronique.... Douze organisations contrôlent ces serveurs, deux sont européennes, une japonaise, les autres étant américaines (Lire sur Wikipédia. Crédit photo : Matthäus Wander - Wikimedia Commons

Ces serveurs, dits serveurs racine (root server) tiennent à jour un répertoire officiel qui permet la traduction des URL en adresses réseau exploitables par un ordinateur. Le système des serveurs racine répond à plus de 100.000 requêtes par seconde, exécutant ainsi la première étape pour déterminer l’adresse du réseau demandé.

A l’instar des poupées russes, les noms de domaines sont imbriqués les uns dans les autres. Chaque domaine est identifié par un point qui le précède, le domaine étant le plus à droite étant supérieur aux autres.

Tout en haut de cette hiérarchie se trouve la racine, un ensemble de serveurs qui répond aux requêtes qui concernent les domaines de premier niveau.

Les domaines se trouvant immédiatement sous les domaines de premier niveau sont appelés domaines de deuxième niveau, les domaines suivants de troisième niveau, de quatrième niveau, etc. On utilise également pour ces différents niveaux le terme de sous domaine.

Le terme “nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
” est souvent employé de manière abusive et peut donc sous entendre une extension, un sous-domaine, un ensemble de domaines, etc.

Si on décortique cet exemple :

http://www.aquitaine.ecologie.gouv.fr/

on va trouver :

  • http : nom de protocole + séparateur  : //
JPEG - 10.6 ko
Cliquer sur l’image
Source CRA

    Les TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. , des domaines de premier niveau

Blogging Bookshelf - Flickr - Certains droits réservés : licence Creative Commons

Les domaines qui se trouvent sous la racine sont donc des domaines de premier niveau (TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR.  : Top Level Domain).

Dans le premier niveau, on distingue les extensions gTLD des extensions ccTLD.

Les extensions gérériques gTLD (generic TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. ), composées de 3 lettres ou plus, représentent plutôt un thème, un domaine :

  • .com pour un site à caractère commercial.
  • .org pour une organisation à but non lucratif
  • .net pour une activité sur le Net
  • .biz pour un usage commercial
  • .info pour un site d’information
  • .mobi pour les téléphones portables
  • .travel pour les professionnels du tourisme.
  • .pro pour les professions libérales (avocats, médecins, comptables, etc.)
  • .museum pour les musées, etc.

Il existe environ 20 domaines de premier niveau gTLD

  • > Voir la liste sur le site de Wikipédia (04/2011)

Les gTLD font l’objet d’une régulation mondiale par l’organisme de coordination des noms de domaine : l’Icann (voir le chapitre sur l’Icann).

Les extensions de type ccTLD (country code TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. ), composées de 2 lettres, sont plutôt associées à une identification géographique :

  • .fr (France)
  • .be (Belgique)
  • .de (Allemagne)
  • .it (Italie)
  • .re (Ile de la Réunion)
  • .eu (Europe), etc.

Il existe environ 260 domaines de premier niveau ccTLD.

En France, l’association qui gère les ccTLD .fr et .re (Réunion) est l’Afnic (voir le chapitre sur l’Afnic). En Europe, celle qui gère le .eu depuis 2002 est l’Eurid (Lire sur Toute l’Europe 2010).

> Voir la liste des ccTLD sur le site de Wikipédia (04/2011).

    Une gestion nationale des ccTLD

La définition des politiques et des responsabilités juridiques des ccTLD relève des juridictions nationales et les statuts des registres ccTLD diffèrent selon les pays. Dans certains pays, les ccTLD sont liés par un contrat, ou bien par un accord avec un Etat, ou encore selon des mécanismes juridiques et de contrôle, ou enfin, ils sont gérés par les gouvernements. Dans d’autres cas, la relation entre le ccTLD et le gouvernement est très informelle. Ainsi, en France, le ’.fr’ est géré uniquement par l’Afnic qui a passé une convention avec le Gouvernement, valide jusqu’au 30 juin 2012.

L’attribution des ccTLD est prise en charge par l’Iana (Internet Assigned Numbers Authority), un comité dépendant de l’Icann dont le rôle principal est la gestion de la base de données des extensions internet. Ce comité gère la zone racine du DNS (domaines de premier niveau) ainsi que les délégations dans les zones .int (organisations et traités internationaux) et .arpa. (gestion des infrastructures). Il s’occupe également de la gestion de l’espace d’adressage IP d’Internet.

Si l’Iana gère l’attribution des ccTLD, il ne lui appartient pas en revanche de décider si telle ou telle région est un pays ou non, ni de définir les lettres des codes pour représenter un pays donné. L’Iana utilise une liste de code à deux lettres neutre, tenue à jour par l’ISO 3166 Maintenance Agency, supervisée par les Nations-Unies.

    Des variantes gTLD selon le type d’activité

On distingue plusieurs variantes dans les gTLD (extension générique) :

Crédit photo : Jj98 - Wikimedia Commons

Un domaine générique non restreint n’impose pas de règles aux utilisateurs qui veulent obtenir un sous-domaine dans cette extension : ces derniers peuvent utiliser un sous-domaine pour une activité qui ne correspond pas au type d’activité indiqué par le domaine. Sont concernés les .com, .net, .org, .info. Par exemple, une entreprise non commerciale peut s’attribuer un .com.

Un domaine générique restreint propose des règles aux utilisateurs qui veulent obtenir un sous-domaine dans ce domaine. Ils ne font pas l’objet d’une validation avant l’attribution du nom de sous-domaine. Sont concernés les .biz (affaires), .name (individus) .pro (professionnels).

Un domaine de premier niveau commandité (sponsored Top-Level Domain ou sTLD) confirme le domaine d’activités de l’organisation qui le possède. Les domaines commandités ne sont pas ouverts à tous et fixent des conditions d’accès strictes aux requérants, ou des conditions techniques d’utilisation. L’inscription est réservée aux organisations exerçant une activité dans le secteur concerné, indépendamment de leur localisation dans le monde. Sont concernés les .edu, .gov, .mil, .int (organismes internationaux ), .coop, .museum, .aero, .jobs, .travel, .cat (Catalogne), .mobi, .asia, .xxx. Pour ces extensions dites sponsorisées, on assimile les registres à des sponsors.

Il existe enfin un domaine de premier niveau spécial dénomé .arpa, réservé pour résoudre des problèmes liés aux infrastructures. Il est utilisé pour enregistrer les adresses au protocole IPv4, les adresses au protocole IPv6, et les numéros de téléphone Enum.

    Les méandres de la gestion des noms de domaine

    Au cœur du processus décisionnel, l’Icann

Créée en 1998, l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) est une organisation internationale de droit californien à but non lucratif, dont le siège social est à San Diego, en Californie.

Son rôle premier est d’allouer l’espace des adresses de protocole internet, d’attribuer les identificateurs de protocole (IP), de gérer le système de nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
de premier niveau pour les codes génériques (gTLD), d’attribuer les codes nationaux (ccTLD), et d’assurer les fonctions de gestion du système de serveurs racines (source : Wikipédia). L’Icann coordonne l’opération et l’évolution des serveurs racine du DNS. Il a en outre pour mission de préserver la stabilité opérationnelle d’internet, de promouvoir la concurrence, d’assurer une représentation globale des communautés internet.

Au sein de l’Icann, le RSSAC - un comité consultatif du système des serveurs racine, composé de chacun des exploitants des serveurs de noms racine autorisés et de membres de l’Icann - étudie les besoins de fonctionnement des serveurs racine et formule des avis sur ces besoins, notamment sur les moyens matériels des serveurs, sur le système d’exploitation et les versions des logiciels des serveurs de noms, sur la connectivité des réseaux et sur l’environnement matériel.

L’Icann est donc un organisme important qui dispose de nombreux pouvoirs et l’ouverture de toute nouvelle extension est soumise à son approbation.

En 2008, l’organisme a entamé une réflexion sur la libéralisation des extensions génériques (gTLD) qui a abouti le 20 juin 2011 à la validation d’un plan de libéralisation des GTLD qualifié d’« historique » par l’Icann même. (voir le chapitre sur la libéralisation des noms de domaine).

Devant la multiplication du nombre de ces extensions, l’Icann a délégué la gestion de certaines d’entre elles à des organismes appelé registres.

    L’Icann délègue la gestion aux registres

En pratique, l’Icann délivre un droit de délégation sur la vente des noms de domaines à différentes organisations réparties dans différents pays, les registres.

Un registre ou NIC (Network Information Centers) est une entité (association, société, ...) chargée de gérer la base de données qui regroupe des noms de domaine par catégorie, d’un TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. ou des adresses IP pour une région définie. Ces bases de données portent aussi le nom de registres.

Exemples : l’Afnic est le registre du .fr ; Ripe NCC est le registre des adresses IP pour l’Europe.

    Les registres délèguent la commercialisation aux registrars

Les registres sont chargés de déterminer les modalités d’attribution et de faciliter la commercialisation des extensions par l’intermédiaire d’un réseau de distributeurs agréés, les registrars, également appelés bureaux d’enregistrement. Si les registres ont un rôle purement technique, les registrars agréés par l’Icann ont le droit de vendre des noms de domaine dans un secteur très concurrentiel.

Un registrar est donc une société privée qui se charge des démarches d’enregistrement d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
auprès des registres concernés. Il doit avoir reçu l’autorisation du registre correspondant par le biais d’une adhésion ou d’une accréditation.

Cet intermédiaire entre le client et les registres effectue les démarches administratives et techniques afin d’obtenir les noms de domaine dans les meilleures conditions. On compte 969 registrars au niveau mondial, dont 18 en France.

Un registrar occupe souvent la fonction d’hébergeur de site internet et peut proposer de nombreux services à ses clients, allant de l’enregistrement du nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
à l’hébergement de site sur ses serveurs, en passant par la gestion DNS et la configuration technique du nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
, la gestion d’adresses électroniques personnalisées, la gestion de négociation pour l’achat d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
déjà enregistré, l’assistance aux démarche administratives, etc.

Il faut donc s’adresser à un registrar pour acheter un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
de 2° niveau (dupont.fr, aquitaine.fr....) et à un registre pour un TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. de 1° niveau (.aqui, .paris, etc.).

    L’Afnic, le registre français

L’Afnic (Association française pour le nommage internet en coopération) est une association à but non lucratif régie par la loi du 1er juillet 1901. Elle est chargée de la gestion administrative et technique des domaines de premier niveau suivants :

  • .fr (France),
  • .re (Île de la Réunion),
  • .pm (Saint-Pierre et Miquelon),
  • .tf (Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF),
  • .wf (Wallis et Futuna),
  • .yt (Mayotte),
  • .asso.fr (pour les associations)
  • .gouv.fr (pour le gouvernement), etc.

Crédit photo : Jurastick

L’Afnic ne commercialise pas de nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
 : cette mission est confiée à des bureaux d’enregistrement ayant signé un contrat avec elle.

Outre la tenue à jour des bases de données de ces domaines, l’association assure la continuité de l’espace territorial français sur l’internet et sert de centre de ressources aux institutions publiques françaises en matière de service de registre.

En avril 2011, l’Afnic annonçait l’enregistrement de 2 millions de noms de domaine en .fr.

L’organisme diffuse sur son site les règles d’enregistrement pour les noms de domaine se terminant en .fr.

    La gouvernance d’internet, un enjeu mondial

    L’emprise de l’administration américaine

Nous l’avons vu, seuls les bureaux d’enregistrement agréés par l’Icann ont le droit de vendre des noms de domaine : cette compétence s’impose à tous les États (hormis la Chine, voir le chapitre sur le sujet).

Depuis sa création en 1998, l’organisme était placé sous tutelle du Département du Commerce américain (U.S. Department of Commerce). Le 30 septembre 2009 le gouvernement américain a annoncé la fin de son contrôle et la signature d’un nouveau texte lui conférant le statut international et indépendant.

Crédit photo : The Anomebot - Wikimedia Commons

L’Icann résume les principaux points de son Affirmation d’engagement (Affirmation of Commitments) sur son site. Selon cet engagement, l’Icann doit agir dans l’intérêt des usagers de l’internet, garantir sa responsabilité et sa transparence financière, assurer la maintenance d’un internet unique et interopérable.

Mais on peut toujours s’interroger sur son rôle, régulièrement remis en question, notamment à cause de ses liens avec l’administration américaine : cette entreprise de droit californien est-elle réellement indépendante ? permet-elle d’écarter tout conflit d’intérêts ? assure-t-elle une bonne représentation géographique ?.....

D’autant que ce nouvel accord signé ne concerne pas l’Iana (Internet Assigned Numbers Authority), qui reste sous le contrôle du Département du Commerce américain. Cette composante de l’Icann est en effet chargée de de la gestion de l’espace d’adressage IP, de la zone racine du DNS et des délégations dans les zones .int et .arpa.

    La fragilité du système

Internet est devenu une ressource essentielle pour les citoyens, impactant profondément la société dans sa dimension économique, sociale et culturelle. La stabilité, la sécurité et le fonctionnement durable d’internet dépendent de la gestion de certaines ressources critiques, notamment des serveurs racines, des infrastructures centrales, du système de noms de domaine (DNS) et des protocoles internet.

Crédit photo : Everaldo Coelho - Wikimedia Commons

Or, ces ressources critiques sont actuellement gérées par diverses entités, sans démarche commune de gouvernance. Si les exploitants de serveurs racines (gestionnaires des TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. ) sont responsables de la gestion de leurs bases, ils ne sont en général liés entre eux par aucun accord. Il n’existe aucune autorité centrale qui contrôle le fonctionnement de tous les serveurs de noms racine et ces derniers n’ont pas d’attribution ni d’obligation de rendre des comptes clairement définis, notamment pour ce qui touche au fonctionnement stable et sûr d’internet.

Ni l’Icann, ni l’Iana (chargée des adresses IP) n’ont un pouvoir exécutif sur l’exploitation des serveurs de noms racine. Cette indépendance permet cependant aux différentes entités gestionnaires de faire preuve de réactivité en cas de catastrophe, comme le montre l’intervention rapide des serveurs secondaires du TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. « .th »lors du tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010 (Blog Bortzmeyer 20/07/2011).

Il faut par ailleurs rappeler que les serveurs gérés par VeriSign (qui gère les .com et .net) ou ceux de l’Iana sont sous contrat avec le ministère américain du Commerce et donc sous la tutelle des Etats-Unis. En 2009, des associations européennes se sont inquiétées de ce que des groupes américains pouvaient être avantagés par l’attribution de TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. .

Un autre facteur préoccupe les Etats : la répartition très inégale des serveurs dans le monde. Six d’entre eux se trouvent sur la côte Est des Etats-Unis, quatre sur la côte Ouest, deux en Europe (au Royaume-Uni et en Suède) et un au Japon. Cette inégalité peut pénaliser les clients éloignés des treize serveurs racine en cas de panne.

    Les États demandent des garanties

En cas d’interruption du service internet, les citoyens, administrations, entreprises peuvent se trouver démunis et demander des comptes auprès de l’État.

Pour pallier ce risque, certains États demandent :

  • la transparence, le multilatéralisme, la démocratie et le respect des droits et des libertés fondamentaux ;
  • le respect des propriétés d’ouverture, d’interopérabilité, de neutralité et du caractère bout-à-bout de l’infrastructure internet.

Concernant l’Icann, plusieurs améliorations pourraient être envisageables :

  • la mise en place progressive d’un nouveau mécanisme externe de règlement des différends apte à permettre aux parties concernées de demander une révision efficace, neutre, et financièrement abordable des décisions de l’Icann ;
  • la diversification des sources de financement et la fixation d’un plafond pour tout financement provenant d’une entité ou d’un secteur, quels qu’ils soient, afin de prévenir toute influence de la part d’un ou plusieurs lobbies sur les activités de l’Icann.
  • la représentation appropriée de toutes les parties intéressées au sein de l’Icann et notamment celles des régions et de la société civile au niveau du conseil d’administration et de la direction de l’Icann.

    Des projets alternatifs

L’idée est souvent avancée de créer une juridiction internationale qui serait détachée du droit de l’État californien. Certains pays suggèrent une prise en charge par une entité dirigée par l’ONU, mais cet organisme ne représente pas la société civile. D’autres personnes préféreraient une autre organisation sous forme de coopérative.

Crédit photo : STyx - Wikimedia Commons

Des propositions alternatives existent (le projet Net4D de Francis Muguet portant sur les classes - un paramètre inexploité du protocole IP -, le projet Idons (Internet Distributed Open Name System) de Lauren Weinstein portant sur un système DNS entièrement distribué, open source, crypté, sans registres centraux ni registrars, ni coûts de gestion d’un nom ou d’une adresse, ou encore le projet P2P DNS de Peter Sunde, cofondateur de The Pirate Bay, qui ambitionne la création d’un système de noms de domaine « alternatif » et décentralisé basé sur la technologie P2P. L’idée est de mettre en place un nouveau serveur DNS racine alternatif puis un système DNS distribué par l’intermédiaire du pear to pear. Le système, qui vise à maintenir un internet non censuré, serait distribué par les utilisateurs via l’installation d’une application basée sur le protocole de communication BitTorrent et où la transmission des données serait signée. (sourcehttp://fr.wikipedia.org/wiki/ICANNWikipédia). Citons également le projet à but non lucratif 42Registry qui a ouvert ses portes en décembre 2011. Son objectif est de créer une zone du web entièrement dédiée à la promotion d’un internet ouvert, du logiciel libre logiciel libre Un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, afin de garantir certaines libertés à l’utilisateur.

Ces droits peuvent être simplement disponibles (cas du domaine public) ou bien établis par une licence, dite « libre », basée sur le droit d’auteur.

Un logiciel est dit « libre » s’il confère à son utilisateur quatre libertés :

- la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;

- la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses besoins ;

- la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;

- la liberté d’améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.
et du partage des savoirs, qui serait matérialisée par des noms de domaine avec un TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. en « . 42 » (Lire sur Numerama 23/12/2010).

    Le cas de la Chine

    Un DNS indépendant

La Chine, qui représente 457 millions d’internautes en juin 2010 (Source Branchez-vous 19/01/2011), est l’un des principaux objets d’inquiétude car elle dispose déjà d’un système de noms de domaine (DNS) pour afficher les adresses internet en caractères chinois.

Lancé le 1er septembre 2006, le système DNS alternatif chinois utilise son propre DNS racine et ne passe plus par les serveurs de noms de domaines de l’Icann. Dans la pratique il y a donc deux réseaux internet distincts : l’un est chinois, l’autre est mondial. Un site chinois ne peut être accessible au reste du monde que s’il en fait la demande auprès des autorités chinoises qui publieront alors son nom dans les DNS officiels chinois qui, eux, sont reliés au DNS racine de l’Icann.

Le gouvernement chinois a annoncé en mai 2011 l’ouverture de son bureau dédié à la régulation de tous les contenus internet. Ce nouveau « Bureau d’État de l’Information sur Internet » doit assurer un contrôle absolu du net. Il est notamment chargé de gérer les enregistrements des noms de domaine, les hébergements, l’assignation des adresses IP et des accès à internet… Un nouveau système de blocage de certains ports réseau est mis en place afin de rendre difficile voire impossible l’utilisation de logiciels - tels les VPN (virtual private network) - destinés à contourner la censure.

    La censure au delà des frontières

Crédit photo - Wikimedia Commons

Dans un pays autoritaire (il n’y a pas que la Chine à pratiquer la censure, 12 pays ont été mis à l’index en 2010 dans la liste des ennemis d’internet établie par Reporters sans frontières), d’autres méthodes sont possibles pour supprimer un site : demander à l’hébergeur du site d’effacer les données de son serveur, bloquer les sites internet et les pages Web par un filtre qui repère des mots-clés ou encore filtrer par IP et DNS (adresses des ordinateurs et des serveurs). Cette dernière méthode est réalisée à l’aide de routeurs, de pare-feu ou de proxys, paramétrés pour filtrer des adresses de machines, des noms de domaine, ou encore des numéros de port. Ce filtrage a pour effet de bloquer l’accès direct aux sites. (Lire l’article de l’Expansion 24/03/2010).

On le voit bien, le contrôle des serveurs de noms de domaine est un enjeu stratégique. Il suffit simplement de « désenregistrer » un domaine pour rendre le contenu du site indisponible.

C’est ce qui s’est passé avec la célèbre affaire Wikileaks, un site qui divulgue, de manière anonyme, non identifiable et sécurisée, des documents à caractère social et politique. L’américain EveryDNS, principal fournisseur gratuit de noms de domaine a en effet annoncé en décembre 2010 avoir arrêté d’héberger les serveurs de WikiLeaks, suite à une attaque par déni de service, aussi appelée DoS. Refoulé en France et en Suisse, Wikileaks s’est rapidement retrouvé hébergé sur plusieurs dizaines de serveurs, eux-mêmes reliés à diverses déclinaisons de noms de domaines pluriels : c’est le principe de l’hébergement de sites miroirs (Le Monde 3/12/2010).

    Les grands projets de libéralisation

    La libéralisation des noms de domaine

En juin 2008,l’Icann a annoncé son intention de libéraliser le processus de création de nouveaux domaines génériques de premier niveau (gTLD). Cette procédure est de longue haleine (voir le schéma pour l’attribution d’un nouveau TLD), car l’Icann doit s’assurer de la stabilité financière du registre attitré, sa compétence technique, et la pertinence de création d’un nouveau TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. (risque d’atteinte au droit des marques, compatibilité avec les TLD TLD Le TLD ou « Top-Level Domain » est un domaine de premier niveau dans les adresses internet. Le TLD correspond aux derniers caractères figurant après le dernier point dans le nom du domaine. Exemple : pour le nom de domaine aquitaine.fr, le domaine de premier niveau (TLD) est .FR. déjà existants, respect de l’ordre public ou moral, etc.).

Le 20 juin 2011 à Singapour, le comité de direction de l’organisme a approuvé un plan de libéralisation des GTLD qualifié d’« historique » par l’Icann même. Ce dernier a rendu publique la liste des demandes de nouvelles extensions Internet, le 13 juin 2012. Au total, 1930 dossiers ont été déposés au niveau mondial, dont 675 en Europe. Google et Amazon arrivent nettement en tête des dépôts de dossiers avec 99 et 76 noms de domaine déposés. Quelque 54 demandes ont été déposées par des entreprises ou collectivités françaises, dont le « .alsace » par la Région Alsace, « .aquitaine » par la Région Aquitaine, « .paris » par la mairie de Paris, « .bzh » par l’association .BZH (Bretagne) et « .corsica » par la collectivité territoriale de Corse.

Certaines des plus grandes entreprises au monde ont choisi de ne pas déposer de dossier pour leur marque, comme Coca-Cola, Nintendo, Disney, Twitter ou Facebook (Article du Monde 13/06/2012) .

Une fois examinés puis validés, les premiers projets d’extension devraient être opérationnels au premier trimestre 2013.

    Un engouement pour les territoires

La Catalogne a été le premier territoire qui, en septembre 2005, appuyé par son gouvernement régional, a obtenu de l’Icann la reconnaissance sur internet du .cat. Au delà de l’aspect identitaire et culturel, la création du .cat marque un fort engagement politique car cette désignation détache la Catalogne du cadre espagnol.

Avoir son propre nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
peut être considéré par certaines communautés comme un premier pas vers l’indépendance, ou comme marquant une telle volonté.

Voulant suivre son exemple, plusieurs grandes villes ou régions du monde ont mené des campagnes auprès du public afin de pouvoir disposer de leur propre extension :

Avec le soutien actif de la Catalogne (.cat), une structure européenne est née en 2010, l’Eclid (European Cultural and Linguistic Internet Domains) qui regroupe cinq associations régionales oeuvrant pour l’obtention d’une extension internet : .bzh pour la Bretagne, .cym pour le Pays-de-Galles, .eus pour le Pays Basque, .gal pour la Galice, .scot pour l’Écosse.

Crédit photo : edwin.11 - Flickr D’autres projets ont vu le jour en France. Paris a ainsi lancé en 2010 une procédure pour la création d’un .paris, qui serait intégralement géré par l’Afnic et Core, l’association qui regroupe les Registrars. Au terme de ce projet il sera possible de réserver des noms de domaine construits ainsi : restaurant.paris, bain-douche.paris, tour-eiffel.paris, mairie.paris.

L’ objectif de ces projets est de renforcer l’image du territoire, de valoriser les investissements réalisés et promouvoir les acteurs économiques locaux.

Le fait de disposer du droit de gestion d’une extension est stratégique pour les partenaires et acteurs locaux. Le propriétaire d’une extension internet décide en effet des entités autorisées à exploiter ses noms de domaine. Il lui est ainsi plus facile de protéger l’image de marque de son territoire, ses produits, ses services, etc.

    La problématique du .aquitaine

La Région Aquitaine est propriétaire des noms de domaines suivants : .aquitaine.fr, .aquitaine.co et .aquitaine.eu. Elle décline les adresses de ses sites internet sous la forme nomdusite.aquitaine.fr/.

Crédit photo : JosuéJacob - Wikimedia Commons

L’extension .aquitaine ne pourrait être réservée qu’à la seule institution régionale. Pour remplir son rôle identitaire, cette extension devrait être ouverte à des sous-domaines pour les éditeurs de sites qui le souhaiteraient. Par exemple, les acteurs de secteurs économiques très marqués en Aquitaine pourraient vouloir se positionner sur des adresses de type http://pin.aquitaine, http://foiegras.aquitaine, ou http://laser.aquitaine.

Pour remplir son rôle identitaire, cette extension devrait être ouverte à des noms de domaine pour les éditeurs de sites qui le souhaiteraient.

C’est à l’ensemble de ces aspects que doit répondre une étude confiée à la société Systonic et son département noms de domaine ProDomaines. Des questionnaires ont été envoyés en avril 2011 à plusieurs acteurs socio-professionnels. Un questionnaire a été également proposé aux citoyens.

Le but est d’analyser la question de la création d’une extension .aquitaine qui permettrait d’appuyer les stratégies de communication d’image conduites par la Région ou encore le sentiment d’appartenance à un même territoire.

    Une libéralisation qui a un coût

Cette possibilité d’ouverture est assortie de conditions qui font réfléchir les aspirants à l’acquisition d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
. Les entreprises, associations ou même collectivités locales qui souhaitent posséder une extension de nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
à leur nom doivent en payer le prix.

Le marché ouvert est vaste, mais il sera fructueux. En premier lieu, il sera profitable à l’Icann qui verra ses rentrées financières augmenter linéairement avec le nombre de noms de domaine déposés. L’organisme demande en effet 185,000 dollars pour la soumission d’un dossier, somme à laquelle il faut ajouter une redevance annuelle minimale de 25,000 dollars par an.

Pour le budget de 2006-2007, l’Icann a dégagé 43 millions de dollars de recettes : plus de 38 millions provenaient des sommes perçues sur la création de nouveaux noms, et 3,8 millions des frais d’accréditation et de candidature. Il est évident que la création de nouvelles extensions pourrait rapporter gros pour l’organisme et les revendeurs de noms de domaine.

Le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
business .com s’est ainsi vendu en 1999 7,5 millions de dollars.

Fin 2010, le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
sex.com a été cédé pour 9 millions d’euros.

Crédit photo : Community Friend - Flickr

Avec l’ouverture du .xxx (sites pornographiques), en avril 2011, l’ICM Registry, organisation chargée par l’Icann de la gestion de cette extension, pense retirer 200 millions de dollars par an de cette activité, en ayant fixé un prix de vente autour des 60 dollars, contre 6 euros pour un .fr. Selon l’ICM, 600.000 noms de domaine en .xxx étaient déjà réservés dès l’ouverture.

Pour les territoires, les sommes demandées pour l’ouverture d’un domaine sont très élevées. La ville de Paris par exemple devrait débourser environ 140.000 euros pour déposer son dossier, une somme à laquelle s’ajouteraient 59.000 euros de rente annuelle versée à l’Icann.

En contre-partie de ce coût, les toutes premières extensions internet personnalisées qui verront le jour en 2011 bénéficieront d’une couverture médiatique mondiale, du fait à la fois de la nouveauté, de l’impulsion de l’Icann, et de l’intérêt qu’elles vont générer. Par ailleurs, si l’investissement de départ est élevé, l’exploitation des futures extensions doit générer des revenus en vendant certains noms au plus offrant.

    L’ouverture des noms de domaines internationalisés (IDN)

Le multilinguisme est un concept fondamental pour la diversité culturelle et la participation de tous les groupes linguistiques sur internet.

Parmi les décisions importantes de l’Icann, citons celle du 16 novembre 2009 : le lancement de l’« IDN ccTLD Fast Track Process » (procédure de déploiement rapide des IDNs). Le but est de permettre aux utilisateurs d’internet à travers le monde qui n’utilisent pas l’alphabet latin, d’obtenir l’ouverture des noms de domaine dans leur propre alphabet, comme le cyrillique utilisé dans l’écriture en russe, des sinogrammes, des caractères cyrilliques ou du sanscrit. L’objectif à terme étant que tous les peuples et toutes les nations, cultures et langues soient représentés. Cela toucherait plus de 250 millions de personnes.

Les IDN sont des noms de domaine incluant d’autres caractères que ceux disponibles dans l’alphabet latin (26 lettres de “a à z”, nombres de 1 à 9, et le trait d’union).

Exemples

  • .рф (Российская Федерация) est un domaine national de premier niveau pour la Fédération russe, lancé en mai 2010.
  • 台灣 est un domaine national de premier niveau pour Taïwan (.tw), lancé en juillet 2010.

L‘Afnic envisage de lancer les noms de domaines internationalisés pour le domaine de tête « .fr » d’ici la fin de l’année 2011. Un préfixe a été choisi en 2003 pour identifier ces noms de domaines internationalisés, il s’agit de «  xn— ».

Le 10 février 2011 à Paris, l’association organisait un atelier d’étude sur les noms de domaines internationalisés. (Lire sur le blog Criminalités numériques 11/02/2011). Des discussions sont en cours pour ou contre la prise en charge des caractères accentués de la langue françaises (excepté les apostrophes ou les majuscules) ainsi que des réflexions sur les caractères particuliers des langues régionales.

Le domaine européen .eu a ouvert la création de noms de domaines internationalisés dans les langues des 27 pays membres de l’Union Européenne en décembre 2009.

    Les noms de domaine en pratique

    Quelques questions à se poser avant de constituer un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).

    Le dépôt d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).

Le service Whois, permet de rechercher gratuitement la disponibilité d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
. Il offre également des informations sur les noms de domaine existants.

Un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
ne peut appartenir à une entreprise ou un organisme : il est seulement loué pendant une période variant de 6 mois à 10 ans. Lors du dépôt, la question de la durée de réservation du nom doit donc être réglée.

Certains registrars proposent une formule de renouvellement automatique afin que les noms de domaine ne retombent pas dans le domaine public.

Les règles de dépôt varient selon les registres.

Pour réserver un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
en .fr
, et autres extensions gérées par l’Afnic, il suffit de s’adresser à un registrar homologué par cette dernière, selon les règles qu’elle a définies.

Pour réserver un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
en .eu
, les démarches de réservation doivent être effectuées par l’intermédiaire d’un registrar homologué par l’association Eurid, selon les règles de ce dernier.

Pour réserver un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
en .com, .org, .museum, etc
, la demande doit être effectuée auprès d’un registar agréé par l’Icann. La règle d’attribution des quatre noms de domaines génériques non restreints (.com, .net, .org, et .info), est celle du « 1er arrivé, 1er servi » : si l’on choisi une de ces extensions, il est important de déposer rapidement son nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
avant qu’une entreprise concurrente ou un esprit malveillant ne le fasse.

Le déposant doit fournir des informations de contact qui seront associées au nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
. Pour chaque nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
, il y a 4 types de contacts :

Crédit photo : Baptigrou - Flickr

En France, les règles d’enregistrement du .fr sont de moins en moins contrôlées. Depuis le 20 juin 2006, toute personne majeure disposant d’une adresse postale (métropolitaine ou Outre-mer) peut déposer le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
en .fr de son choix, sans justification (d’une marque déposée, d’une raison sociale, d’une enseigne...).

Le temps d’attente pour la validation de l’enregistrement d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
est variable. Pour les noms en extensions internationales, l’enregistrement ne prend que quelques instants. Pour les .fr, l’enregistrement est plus long, car il dépend d’une procédure administrative qui nécessite environ deux jours.

Pour plus de sécurité, chaque domaine doit être défini, au minimum, dans deux serveurs DNS.

    Quelques règles pour la constitution d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
en .fr

La Charte de nommage du fr donne le règles d’enregistrement pour les noms de domaine se terminant en .fr (Afnic juillet 2011)

Depuis le 1er juillet, l’Afnic a mis sur le marché plus de 30,000 noms de domaine jusque-là interdits car trop polémiques : « fascisme.fr », « pedophile.fr », « satan.fr », « chambres-a-gaz.fr » ou cocaine.fr »..... Toute personne peut déposer un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
composé de ces termes sensibles, sous certaines conditions. Le demandeur doit justifier d’un intérêt légitime et agir de bonne foi. Une liste non exhaustive de ces termes désormais ouverts est publiée par l’Afnic. (Lire sur 01,Net5/07/2011)

    La localisation, un enjeu stratégique

    Global, local

Parallèlement à la globalisation induite par l’internet et par les marchés abolissant les distances et les frontières, les notions de territoire, localité et proximité se trouvent au cœur des préoccupations des citoyens et dans le discours des élus.

On le sait, la globalisation n’est pas synonyme de disparition des contraintes spatiales. L’espace conditionnant fortement les décisions des entreprises soumises aux contraintes de coûts de transport et à la segmentation des marchés internationaux, un choix de localisation s’impose à elles, réduisant sensiblement leurs zones d’influence. Par ailleurs, les analyses du commerce international montrent que les flux de commerce sont extrêmement sensibles à la distance physique séparant les pays partenaires : une augmentation de 10% de la distance entre les pays tend à réduire de 10% les volumes de commerce.

Crédit photo : Adrien Facélina - Wikimedia Commons

    Les services de proximité, une valeur sûre

La notion de territoire est donc un enjeu particulièrement important pour les entreprises dont l’activité est limitée géographiquement (notion de proximité) et l’extension choisie dans le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
peut signifier clairement l’implantation de l’entreprise ou le territoire qu’elle est capable d’approvisionner.

Les codes pays ccTLD (.fr, .us, .asia, .eu, .uk, .it, .de, etc.) créent symboliquement des frontières virtuelles mais également des supports iconographiques.

Ainsi, selon une enquête réalisée par Metro-Panel pour l’Afnic, du 3 au 15 juin 2010, 76% des internautes français cherchent spontanément une entreprise française sous l’extension .fr. Le .fr “est l’extension de référence pour parler aux français” précise l’enquête.

Cette tendance va s’accentuer avec le développement des territoires. Face à une demande de plus en plus grande, les nouvelles technologies développées aujourd’hui misent la plupart sur la géolocalisation et les services qui lui sont associés : visualiser en ligne la localisation d’une adresse postale sur un plan, rechercher des commerces ou des services à proximité, repérer des biens immobiliers à vendre sur smartphone…

Sachant que les éléments permettant de géolocaliser un site sont l’extension du nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
et le pays où le serveur est hébergé, il est plus simple de choisir une extension appropriée qu’un hébergeur étranger.

Ces notions de territoire et de proximité sont au cœur de la problématique de création d’une extension en .aquitaine.....

    Un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
= une marque

Si un territoire est immédiatement identifié par son nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
, il en est de même pour les entreprises.

Un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
fait partie du patrimoine de l’entreprise, tout comme la marque et la raison sociale : ils est devenu un véritable enjeu commercial pour elle. Les experts conseillent d’ailleurs de déposer un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
identique au nom de la société ou au produit.

Selon une enquête réalisée en avril 2011 par Jean-François Poussard, spécialiste du marché des noms de domaine, 85 % des publicités télévisuelles incluent des noms de domaine (Source Prodomaine 13/04/2011). Là encore, ce chiffre élevé montre la prise de conscience par les commerçants qu’il est primordial de communiquer efficacement sur ses activités, ses produits ou ses services en valorisant son nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
.

    Le cadre juridique se peaufine en France

Selon l’article L 713-1 du Code de la propriété intellectuelle, une marque déposée est l’objet d’un droit exclusif de propriété au profit de son titulaire qui peut s’opposer à toute atteinte portée à son droit, sous quelque forme que ce soit, de bonne ou de mauvaise foi.

La délégation de la gestion des noms de domaines en .fr à l’Afnic est notamment régie par l’article L45 du code des postes et des télécommunications électroniques. Rédigé en 2004 ce texte était devenu clairement insuffisant. Les titulaires de noms de domaines pouvaient difficilement contester une décision de l’Afnic qui disposait de trop de pouvoirs, confiés par l’Etat : attribution, renouvellement, refus ou retrait de nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
. Dans une décision du 6 octobre 2010, le Conseil constitutionnel a déclaré ce texte inconstitutionnel, jugeant que l’Afnic portait atteinte à la liberté de communication et d’entreprendre.

Une nouvelle loi a donc été promulguée le 22 mars 2011 destinée à porter une plus grande transparence et un meilleur encadrement législatif dans ce domaine.

Principaux changements en vigueur depuis le 1er juillet 2011 :

  • L’ouverture des termes interdits et réservés dont l’enregistrement est soumis à examen préalable
  • La publication quotidienne des noms de domaine créés
  • La notification du titulaire lors de l’identification
  • Une nouvelle Charte de nommage

L’article L45-2 précise les cas où l’attribution d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
peut être refusée :

  • l’atteinte à l’ordre public et aux bonnes mœurs

Une des modifications majeures de cette loi du 22 mars 2011concerne l’accès des termes précédemment interdits et réservés comme ceux des 36.000 communes françaises. “Même si la protection des noms géographiques reste une protection à priori, le demandeur pourra obtenir le nom d’une collectivité s’il justifie d’un intérêt légitime et agit de bonne foi” indique l’Afnic. Les collectivités sont donc peu protégées et il est donc primordial pour celles qui n’ont pas encore fait la démarche de déposer rapidement le domaine dont elles souhaitent disposer (Lire sur Prodomaines 23/06/2011).

Cette évolution de la règlementation des noms de domaines en .fr s’inscrit dans le cadre plus large du projet de libéralisation des noms de domaines de l’Icann (voir le chapitre sur l’Icann).

> Pour approfondir le sujet (Afnic 11 avril 2011)

Crédit photo : United States Government - Wikimedia Commons

    Des pratiques abusives au cybercrime

Le cybersquatting cybersquatting Le cybersquatting ou cybersquattage consiste à déposer un nom de domaine correspondant à une marque ou une entreprise connue dans l’intention de profiter du trafic internet qui se créée spontanément sur leur réputation.
Le nom de domaine déposé peut se faire avec le nom exact ou avec de légères variations.
C’est une forme de parasitisme commercial qui, selon la jurisprudence, peut être sanctionné au titre du droit de la propriété intellectuelle et du droit des sociétés.
est l’une des pratiques les plus développées ; elle consiste à enregistrer un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
correspondant à une marque, avec l’intention de le revendre ensuite à l’ayant droit, ou d’altérer sa visibilité. Ce détournement abusif et spéculatif porte atteinte à l’image de marque d’une entreprise (ou d’un territoire) et l’oblige parfois à acheter à un prix élevé le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
cybersquatté. Il s’opère avant que la société ait pensé à déposer elle-même son nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
ou lorsqu’elle oublie de le renouveler. Citons entre autres la célèbre histoire du nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
wallstreet.com, enregistré en 1994 pour 70 dollars et revendu un million de dollars cinq ans plus tard....

Selon la jurisprudence, le cybersquatting cybersquatting Le cybersquatting ou cybersquattage consiste à déposer un nom de domaine correspondant à une marque ou une entreprise connue dans l’intention de profiter du trafic internet qui se créée spontanément sur leur réputation.
Le nom de domaine déposé peut se faire avec le nom exact ou avec de légères variations.
C’est une forme de parasitisme commercial qui, selon la jurisprudence, peut être sanctionné au titre du droit de la propriété intellectuelle et du droit des sociétés.
tombe sur le coup du droit de la propriété intellectuelle et du droit des sociétés (concurrence déloyale, parasitisme). Pour en savoir plus sur les conditions de l’action en contrefaçon et les sanctions liées au cybersquatting cybersquatting Le cybersquatting ou cybersquattage consiste à déposer un nom de domaine correspondant à une marque ou une entreprise connue dans l’intention de profiter du trafic internet qui se créée spontanément sur leur réputation.
Le nom de domaine déposé peut se faire avec le nom exact ou avec de légères variations.
C’est une forme de parasitisme commercial qui, selon la jurisprudence, peut être sanctionné au titre du droit de la propriété intellectuelle et du droit des sociétés.
, lire l’analyse de Maître Haddad, avocate à la Cour de Paris (9/11/2011).

Le typosquatting consiste à enregistrer des noms de domaine avec une faute de frappe (par exemple elisee.fr).

Le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
étant souvent associé à l’adresse mail, un autre risque est le spamming, une technique qui consiste envoyer un message non souhaité et dérangeant - appelé « spam » - à une personne ou à un groupe de personnes, généralement dans un but promotionnel ou publicitaire. Selon un jugement rendu le 18 octobre 2006 par le Tribunal de Grande Instance de Paris, une personne physique ou morale propriétaire d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
dispose des droits couvrant l’ensemble des fonctionnalités « livrées » avec ce nom, y compris celles relatives au courrier électronique. Dès lors, une exploitation non autorisée ou non appropriée de la fonction courriel d’un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
est susceptible de porter atteinte aux droits de son titulaire.

La contrefaçon consiste à ouvrir des sites dont le nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
inclut le nom d’une marque (chanel-newcoco.com, shopping-louis-vuitton.com, torrent-finder.com...), et de vendre sur ce site des produits contrefaits.

La facilité à obtenir un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
auprès de l’Icann en .com, .net... permet à de nombreux sites d’ouvrir de manière illicite et de proposer le téléchargement illégal de fichiers ou de produits manufacturés contrefaits.

La guerre contre le téléchargement illicite d’œuvres protégées par la propriété intellectuelle est très active aux Etats-Unis. Plusieurs opérations ont été lancées depuis 2010, aboutissant à la confiscation de 119 noms de domaine par les autorités américaines, et la fermeture des sites web suspectés de favoriser la contrefaçon et le piratage de contenus. En février 2011, l’une de ces interventions a montré que les douanes américaines peuvent obtenir la fermeture d’un site jugé légal dans un autre pays, même s’il est hébergé hors des États-Unis. (Lire sur Numerama 16/02/2011).

Le slamming est une pratique peu scrupuleuse qui consiste à inciter les propriétaires des noms de domaine à renouveler leur abonnement chez un nouveau registrar sous peine de suppression. Les noms de domaine arrivant à expiration sont surveillés. Le renouvellement du nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
est proposé par courrier, sous la forme d’une facture ordinaire, pour une ou plusieurs années à un tarif coûteux. En réglant la facture, la personne transfère la gestion de son nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
sans aucune garantie de renouvellement.

    Se protéger des risques

Face aux réservations abusives de noms de domaines par des sociétés tierces, il est donc important pour une entreprise ou un organisme de protéger sa marque ou sa raison sociale sur internet.

Si l’on veut éviter le typosquatting, il est préférable de déposer plusieurs noms de domaines, notamment avec des variations autour de l’orthographe de sa marque.

Enfin, il est nécessaire d’assurer un travail de veille permanent : de nouvelles extensions intéressantes pour son secteur d’activité peuvent être créées, à l’instar du .mobi, du .tel ou.... du .aquitaine.

De nombreux services de veille juridique ont été créés au sein de cabinets de conseil ou d’avocats afin de régler les litiges et les abus. De la négociation à l’amiable, à l’action en justice devant les tribunaux français, du recours auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) ou auprès de l’Afnic pour les litiges liés au .fr,, les actions sont possibles pour récupérer un nom de domaine nom de domaine Un nom de domaine est principalement utilisé pour identifier l’adresse d’un site internet et pour les courriers électroniques (mails).

Un nom de domaine (ex : aquitaine.fr) est composé d’une série de caractères (ex : aquitaine) séparés par un point qui distingue l’extension (ex : .FR pour la France).
usurpé mais le prix à payer peut-être très élevé.

Crédit photo : Vladimir Mitskevich - Wikimedia Commons

    Quelques ressources

  • La Loi n° 2011-302 du 22 mars 2011 : nouveau cadre juridique pour les noms de domaine en France
  • L’Article 12 (articles L. 45 et L. 45-1, et L. 45-2 à L. 45-8 du code des postes et communications électroniques) - : règles encadrant l’attribution et la gestion des noms de domaine sur Internet (Sénat 25/01/2011)

Liste des bureaux d’enregistrement ayant une action commerciale en Aquitaine.