TICE : de quoi parle-t-on ?

    Explication de texte

Source Flickr L’acronyme TICE TICE L’acronyme TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement) fait référence à l’ensemble des outils et logiciels informatiques et multimédia (textes et images fixes ou animés, sons, vidéos…) qui peuvent être intégrés dans un dispositif d’enseignement partiellement ou complètement à distance ou plus simplement dans une salle de cours. (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement) fait référence à l’ensemble des outils et logiciels informatiques et multimédia (textes et images fixes ou animés, sons, vidéos...) qui peuvent être intégrés dans un dispositif d’enseignement partiellement ou complètement à distance ou plus simplement dans un cours en salle de cours. Il sous-entend le recours à :

  • des outils et produits numériques pouvant être utilisés dans le cadre de l’enseignement. Ces outils permettent de produire, traiter, entreposer, échanger, classer, retrouver et lire des documents numériques à des fins d’enseignement et d’apprentissage. Des ressources didactiques et pédagogiques, allant du manuel en ligne au logiciel exerciseur ou au cédérom multimédia, complètent ces outils.
  • des méthodes et activités liées à l’utilisation de ces outils : enseignement adapté au rythme et aux capacités de l’élève, suivi personnalisé du dialogue professeur-élève, enseignement à un usage citoyen et responsable de ces technologies, enseignement à la recherche, à la création des contenu et des applications, etc. Ces champs d’activités s’entremêlent au gré des applications pédagogiques développées et des nouvelles pratiques d’enseignement. Elles sous-entendent la nécessaire formation des enseignants.

Ces nouvelles technologies sont donc à la fois outils et objets d’enseignement. L’offre et les pratiques sont diverses, mais elles présentent, d’année en année, des outils de plus en plus performants, interactifs et communicants : ordinateurs connectés à divers réseaux, formules de classes informatiques « clés en mains » (comprenant des ordinateurs portables, une station de chargement et un réseau Wifi), outils d’individualisation et d’interaction, comme les classes nomades, tableaux numériques interactifs (TBI), espaces numériques de travail (ENT), plates-formes e-learning, etc.

Le développement des TICE TICE L’acronyme TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement) fait référence à l’ensemble des outils et logiciels informatiques et multimédia (textes et images fixes ou animés, sons, vidéos…) qui peuvent être intégrés dans un dispositif d’enseignement partiellement ou complètement à distance ou plus simplement dans une salle de cours. correspond aussi à une volonté forte d’éduquer les jeunes pour qu’ils fassent un usage citoyen et responsable de ces technologies et notamment d’internet. Cette éducation est destinée à leur développer un regard critique sur l’information délivrée, les protéger des intentions malveillantes, à leur faire comprendre les usages respectueux de l’internet. A cette fin a été mis en place le brevet informatique et internet (B2I) français, sous l’intitulé « Adopter une attitude citoyenne face aux informations véhiculées par les outils informatiques ».

    Un développement orchestré depuis le années 70

A l’issue d’un colloque organisé en 1970 par le CERI (Centre pour l’innovation et la recherche en éducation, dépendant de l’OCDE), le ministère de l’Éducation nationale de l’époque décide d’introduire en France dans la formation des jeunes lycéens une démarche de pensée nouvelle liée à la science du traitement de l’information en plein essor, l’informatique.

Face à l’intérêt suscité par de nombreux enseignants, le ministère met alors en place en 1979 le plan « 10 000 micro-ordinateurs », avec pour ambition d’équiper de huit postes tous les lycées en cinq ans et de contribuer à la « formation intense des personnels » pour l’utilisation de l’informatique. Le rapport sur « L’introduction de l’informatique dans l’Éducation nationale » remis le 15 octobre 1981 accélère les réalisations informatiques, principalement dans les lycées.

Dans les années 83-84, le ministère de l’Education nationale lance le plan « 100 000 micro-ordinateurs et 100 000 enseignants formés à leur usage ». Les équipements s’accroissent rapidement avec la participation, via des contrats de plan, de nombreuses collectivités territoriales (communes, conseils généraux, régions). Un grand nombre de manifestations se succèdent dès lors, attestant des progrès réalisés et de l’engouement suscité.

C’est aussi dans cette décennie que par la loi du 22 juillet 1983, sont transférées aux régions la formation professionnelle et la gestion des lycées. Les Régions participent donc au câblage des bâtiments d’enseignement et à l’équipement des lycées.

En 1985, le plan informatique pour tous (IPT) a pour objectif de dépasser les objectifs du précédent en initiant les 11 millions d’élèves du pays à l’outil informatique et en soutenant l’industrie nationale. Dès lors, les ordinateurs ne sont plus confinés dans les salles informatiques des lycées ; ils entrent jusque dans les classes, à tous les niveaux de l’enseignement, et sur tout le territoire.

Au cours des années 90, on parle désormais de TICE TICE L’acronyme TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement) fait référence à l’ensemble des outils et logiciels informatiques et multimédia (textes et images fixes ou animés, sons, vidéos…) qui peuvent être intégrés dans un dispositif d’enseignement partiellement ou complètement à distance ou plus simplement dans une salle de cours. .

En 1997, est lancé un plan national pour l’équipement et la connexion de tous les établissements de l’enseignement public, de la maternelle à l’université. L’aménagement du territoire devient un enjeu. Certaines villes investissent dans le câble, certains départements équipent individuellement les collégiens, les régions construisent des réseaux de transport de données.

Le développement se poursuit au cours des années suivantes avec le lancement, le 12 novembre 2002, du plan RE/SO 2007, qui vise à construire et favoriser « une République numérique ». Dès lors, chaque année, des mesures sont prises pour impulser le développement du numérique à l’école : la création des Espaces numériques de travail (ENT) et du brevet informatique et internet (B2I) pour tous les élèves de 3e en 2003 (généralisé en 2005), l’opération « Micro portable étudiant » en 2004, le développement des usages du Tableaux blanc interactif (TBI) en 2005, la distribution de clés USB contenant des ressources numériques pédagogiques depuis 2007, le développement des Universités numériques en 2008 et l’expérimentation du manuel numérique, le lancement du plan de développement du Numérique dans les écoles rurales en mars 2009.

Au niveau européen, ces évolutions s’intègrent dans la politique définie par la Commission Européenne, notamment dans le cadre du programme e2010 qui fixe des objectifs ambitieux afin d’équiper et connecter l’ensemble des écoles européennes à l’internet.

En Aquitaine, les différents acteurs se mobilisent très tôt pour favoriser l’appropriation des outils et des réseaux numériques par les jeunes et la diffusion des compétences.

Source photos

  • Extra Ketchup sous licences Creativ Common
  • Région Aquitaine : Lycée Maine de Biran, lycée professionnel et technique, Monbazillac (24), 21 mai 2007. Centre de documentation et d’information. Tous droits d’exploitation réservés.

Date de publication : 21 septembre 2009