Télétravail et espaces de travail partagés

14 juin 2011

La rencontre du 25 mai 2011 à Latresne du Réseau des territoires numériques aquitains était organisée autour du thème : Télétravail Télétravail Le télétravail, sous sa forme salariée, décrit tout travail s’effectuant à distance, en dehors de l’entreprise, à l’aide de technologies de l’information et de la communication, et sans contrôle hiérarchique physique.

On parle également de télétravail pour décrire le travail mobile (également appelé travail nomade ou itinérant) où le salarié exerce depuis n’importe quel lieu distant de l’entreprise (chez un client, dans un moyen de transport, …) sans que ce lieu ne soit forcément unique.

Le télétravail, sous sa forme indépendante, décrit une relation exercée à distance du client ou du donneur d’ordre, toujours via l’utilisation de technologies de l’information et de la communication, et l’impossibilité physique, pour ce dernier, de contrôler l’exécution du travail. La référence contractuelle est ici le contrat de service.

source : Citica – Pascal Rassat http://numerique.aquitaine.fr/IMG/p...
et espaces de travail partagés.

    Etude télétravail Télétravail Le télétravail, sous sa forme salariée, décrit tout travail s’effectuant à distance, en dehors de l’entreprise, à l’aide de technologies de l’information et de la communication, et sans contrôle hiérarchique physique.

On parle également de télétravail pour décrire le travail mobile (également appelé travail nomade ou itinérant) où le salarié exerce depuis n’importe quel lieu distant de l’entreprise (chez un client, dans un moyen de transport, …) sans que ce lieu ne soit forcément unique.

Le télétravail, sous sa forme indépendante, décrit une relation exercée à distance du client ou du donneur d’ordre, toujours via l’utilisation de technologies de l’information et de la communication, et l’impossibilité physique, pour ce dernier, de contrôler l’exécution du travail. La référence contractuelle est ici le contrat de service.

source : Citica – Pascal Rassat http://numerique.aquitaine.fr/IMG/p...
auprès des entreprises régionales

Une présentation des résultats de l’étude télétravail conduite auprès des entreprises régionales a été faite durant cette rencontre.

source http://www.iconfinder.comDes résultats mitigés, entre la prise de conscience de l’importance de l’enjeu du télétravail Télétravail Le télétravail, sous sa forme salariée, décrit tout travail s’effectuant à distance, en dehors de l’entreprise, à l’aide de technologies de l’information et de la communication, et sans contrôle hiérarchique physique.

On parle également de télétravail pour décrire le travail mobile (également appelé travail nomade ou itinérant) où le salarié exerce depuis n’importe quel lieu distant de l’entreprise (chez un client, dans un moyen de transport, …) sans que ce lieu ne soit forcément unique.

Le télétravail, sous sa forme indépendante, décrit une relation exercée à distance du client ou du donneur d’ordre, toujours via l’utilisation de technologies de l’information et de la communication, et l’impossibilité physique, pour ce dernier, de contrôler l’exécution du travail. La référence contractuelle est ici le contrat de service.

source : Citica – Pascal Rassat http://numerique.aquitaine.fr/IMG/p...
et la persistance de freins essentiellement liés à la nécessité d’une évolution des modes de management … tels sont les premiers enseignements de la phase une, analyse quantitative, de l’étude générale sur le télétravail Télétravail Le télétravail, sous sa forme salariée, décrit tout travail s’effectuant à distance, en dehors de l’entreprise, à l’aide de technologies de l’information et de la communication, et sans contrôle hiérarchique physique.

On parle également de télétravail pour décrire le travail mobile (également appelé travail nomade ou itinérant) où le salarié exerce depuis n’importe quel lieu distant de l’entreprise (chez un client, dans un moyen de transport, …) sans que ce lieu ne soit forcément unique.

Le télétravail, sous sa forme indépendante, décrit une relation exercée à distance du client ou du donneur d’ordre, toujours via l’utilisation de technologies de l’information et de la communication, et l’impossibilité physique, pour ce dernier, de contrôler l’exécution du travail. La référence contractuelle est ici le contrat de service.

source : Citica – Pascal Rassat http://numerique.aquitaine.fr/IMG/p...
et les entreprises aquitaines.

55 entreprises régionales du secteur tertiaire ont répondu au questionnaire en ligne ouvert par la Région pendant plus d’un mois et clos le 25 avril 2011. De manière générale, l’Aquitaine des entreprises tertiaires ne se démarque guère des autres territoires français. Pour autant, soulignons qu’un établissement enquêté sur quatre envisage de pratiquer le télétravail Télétravail Le télétravail, sous sa forme salariée, décrit tout travail s’effectuant à distance, en dehors de l’entreprise, à l’aide de technologies de l’information et de la communication, et sans contrôle hiérarchique physique.

On parle également de télétravail pour décrire le travail mobile (également appelé travail nomade ou itinérant) où le salarié exerce depuis n’importe quel lieu distant de l’entreprise (chez un client, dans un moyen de transport, …) sans que ce lieu ne soit forcément unique.

Le télétravail, sous sa forme indépendante, décrit une relation exercée à distance du client ou du donneur d’ordre, toujours via l’utilisation de technologies de l’information et de la communication, et l’impossibilité physique, pour ce dernier, de contrôler l’exécution du travail. La référence contractuelle est ici le contrat de service.

source : Citica – Pascal Rassat http://numerique.aquitaine.fr/IMG/p...
dans les 5 ans. Voici quelques éléments qui ressortent de cette première phase d’enquête quantitative :

On observe des réponses proches de la part des entreprises qui ne pratiquent pas le télétravail Télétravail Le télétravail, sous sa forme salariée, décrit tout travail s’effectuant à distance, en dehors de l’entreprise, à l’aide de technologies de l’information et de la communication, et sans contrôle hiérarchique physique.

On parle également de télétravail pour décrire le travail mobile (également appelé travail nomade ou itinérant) où le salarié exerce depuis n’importe quel lieu distant de l’entreprise (chez un client, dans un moyen de transport, …) sans que ce lieu ne soit forcément unique.

Le télétravail, sous sa forme indépendante, décrit une relation exercée à distance du client ou du donneur d’ordre, toujours via l’utilisation de technologies de l’information et de la communication, et l’impossibilité physique, pour ce dernier, de contrôler l’exécution du travail. La référence contractuelle est ici le contrat de service.

source : Citica – Pascal Rassat http://numerique.aquitaine.fr/IMG/p...
mais qui projettent de s’y mettre :

  • quelques salarié-es concerné-es,
  • une utilisation en alternance avec le lieu de travail,
  • des métiers essentiellement administratifs et commerciaux.

Cette convergence sur le nombre et la nature des emplois à télétravailler est encourageante et incite à poursuivre la recherche d’informations et la valorisation de celle-ci. La collaboration de la Région avec l’Université de Bordeaux 3 dans le cadre du programme Raudin se poursuit, puisque Grégory Moullec, ingénieur d’étude responsable de cette étude, va parcourir l’Aquitaine durant tout le mois de juin pour rencontrer une dizaine d’entreprises qui se disent favorables au télétravail Télétravail Le télétravail, sous sa forme salariée, décrit tout travail s’effectuant à distance, en dehors de l’entreprise, à l’aide de technologies de l’information et de la communication, et sans contrôle hiérarchique physique.

On parle également de télétravail pour décrire le travail mobile (également appelé travail nomade ou itinérant) où le salarié exerce depuis n’importe quel lieu distant de l’entreprise (chez un client, dans un moyen de transport, …) sans que ce lieu ne soit forcément unique.

Le télétravail, sous sa forme indépendante, décrit une relation exercée à distance du client ou du donneur d’ordre, toujours via l’utilisation de technologies de l’information et de la communication, et l’impossibilité physique, pour ce dernier, de contrôler l’exécution du travail. La référence contractuelle est ici le contrat de service.

source : Citica – Pascal Rassat http://numerique.aquitaine.fr/IMG/p...
, afin de bien identifier les leviers de passage à l’acte et envisager des éléments d’accompagnement par l’action publique.

L’analyse de cette seconde phase d’entretiens fera l’objet d’un rapport qui sera rendu public début juillet 2011. Naturellement, il ne sera fait aucune mention nominative sans l’accord explicite des personnes interviewées.

Détail de la démarche et des résultats de la première phase de l’enquête régionale « télétravail et entreprises » dans le document PDF de 25 pages

Contact : Grégory Moullec, ingénieur d’étude gmoullec@u-bordeaux3.fr

Ressources pratiques sur le télétravail Télétravail Le télétravail, sous sa forme salariée, décrit tout travail s’effectuant à distance, en dehors de l’entreprise, à l’aide de technologies de l’information et de la communication, et sans contrôle hiérarchique physique.

On parle également de télétravail pour décrire le travail mobile (également appelé travail nomade ou itinérant) où le salarié exerce depuis n’importe quel lieu distant de l’entreprise (chez un client, dans un moyen de transport, …) sans que ce lieu ne soit forcément unique.

Le télétravail, sous sa forme indépendante, décrit une relation exercée à distance du client ou du donneur d’ordre, toujours via l’utilisation de technologies de l’information et de la communication, et l’impossibilité physique, pour ce dernier, de contrôler l’exécution du travail. La référence contractuelle est ici le contrat de service.

source : Citica – Pascal Rassat http://numerique.aquitaine.fr/IMG/p...

    Le coworking, par Lucile Aigron et Emilie Pastureau de l’association « Arrêt Minute » espace de travail partagé à Pomerol (33)

Définition

Le coworking est une nouvelle façon de travailler. C’est le fait d’offrir un espace de travail ouvert à tous, à un individu en échange d’une contrepartie financière bien souvent minime. C’est un endroit où se rencontrent divers individus d’horizons différents, autonomes, permettant par la suite l’échange de compétences et d’idées aboutissant à bien souvent à des projets.

L’espace de co-working à Pomerol est géré par l’association Arrêt Minute depuis octobre 2010.

Son but est d’accueillir les travailleurs nomades dans un espace de travail partagé, collaboratif et en réseau. L’espace est familial, ouvert et en devenir. Il dispose de 5 places permanentes, de 2 places en accueil ponctuel et d’une place pour former des personnes (stage ou formation). Il est géré par les permanents (accueil, planning, logistique… ) et constitué de 2 open spaces de 4 bureaux.

L’Arrêt Minute met à disposition :

  • un bureau avec connexion wifi,
  • une ligne téléphonique dédiée pour les appels entrant ou sortant vers les fixes (en France),
  • une ambiance à la fois studieuse et détendue
  • une machine à café, une cuisine équipée et un petit salon pour recevoir les clients/publics

Aucun dossier à fournir pour entrer dans cet espace, il suffit de réserver par téléphone ou mel. L’accord se fait sur la base du respect de règles de vie commune.

Contact

L’équipe des coworkers de Pomerol se tient à disposition pour une visite ou de plus amples informations. Lucile Aigron lucile.aigron@club-internet.fr

En savoir plus

    Expérimentation d’un e-airial dans la commune de Morcenx

Le projet d’e-airial est porté par le Pays Landes de Gascogne. La Région accompagne l’étude de faisabilité de ce projet pilote.

Finalité du projet

Le projet e-airial consiste à la création d’une « zone d’activités numériques du 21e siècle » s’appuyant sur les technologies d’avenir et le paysage particulier de l’Airial landais pour créer un produit attractif et séduire des catégories professionnelles nouvelles sur le territoire. Il s’inscrit dans une historicité du territoire en instituant une continuité entre le passé (patrimoine architectural et paysager de l’airial), le présent (l’usage possible des TIC TIC Les technologies de l’information et de la communication (TIC) regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, principalement de l’informatique, de l’Internet et des télécommunications.

Par extension, elles désignent un secteur d’activité économique.

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Techno...
dans le développement économique) et le futur (les usages futurs de l’e-économie, les futurs organisations du travail, l’évolution de l’économie résidentielle).

Il comprendrait à la fois une partie résidentielle et un centre e-ressources pour accueillir des net-entrepreneurs, principalement des TPE et PME de petites tailles, des auto-entrepreneurs, des indépendants.

Objectifs

Développer de nouvelles activités, attirer de nouvelles populations, et créer un différentiel d’attractivité par rapport à d’autres territoires.

Lieu de l’expérimentation

La Communauté de Communes de Morcenx dispose de plusieurs atouts pour réussir un tel projet :

La démarche de projet

  • 1er semestre 2010 Phase de veille et de rencontres qui a permis d’identifier des expériences : Ze village, Soho-Solo, Aditu...
  • 2e semestre 2010 Phase de validation du pré-projet par les élus de la CdC du Pays Morcenais, et rédaction d’un cahier des charges qui a pour finalité de mandater un cabinet d’études afin qu’il puisse affiner le concept et valider la faisabilité du projet de « e-airial », et proposer une stratégie d’action, définir les différentes phases de mise en oeuvre du projet, identifier les coûts et financements potentiels, et établir un calendrier prévisionnel de mise en oeuvre.
  • Année 2011 Phase d’étude menée par un consortium regroupant 4 entreprises sous la direction et le pilotage du cabinet I-Solutio. Au total, 10 professionnels aux compétences complémentaires (en infrastructure numérique, en services numériques, en économie de projet, en juridique, en communication et marketing, en architecture, en urbanisme, en paysage) doivent intervenir dans le projet d’étude.

Contact Ludovic Réau contact@pays-landesdegascogne.org

    Projet de quartier campagnard durable à Targon

L’urbanisme durable est devenu en 2010 une priorité d’action pour la mission développement durable du Pays, en collaboration avec les communes et communauté de communes.

Ce domaine transversal permet en effet d’agir simultanément sur les problématiques de l’habitat, des mobilités et des services.

Ce chantier devra répondre aux exigences affirmées dans la démarche Ambition 2020, en répondant à l’invitation d’Ivan Illitch : « Pour pouvoir aimer son territoire, il faudra d’abord qu’il soit rendu habitable, et non circulable ».

Les élus du Pays et les acteurs associés à cette démarche prospective travaillent actuellement à la construction d’un tableau analytique interrogeant les neufs chantiers alternatifs du syndicat mixte au regard du Cadre de référence national du développement durable.

Contact Lise Capeyron lcapeyron@coeurentre2mers.com