Etude pour la mise en oeuvre de l’e-administration au CG24

Le Département de la Dordogne a sollicité un financement auprès de la Région Aquitaine pour réaliser une étude visant à lui donner les moyens de répondre aux nouveaux défis de l’administration électronique, en plaçant l’usager au coeur du système d’information et en favorisant la mutualisation avec les collectivités infra-régionales. La Commission permanente commission permanente La Commission permanente est un organe de délibération élu par l’Assemblée plénière à la représentation proportionnelle.

Présidée par le président du Conseil régional, elle se compose de 38 membres dont 15 vice-présidents. Elle se réunit environ une fois par mois.

source : http://aquitaine.fr/institution/con...
du 14 février a soutenu ce projet.

Le Département de la Dordogne recherche la mise en place de services équitables aux citoyens, en s’appuyant sur les technologies numériques. La collectivité a déjà engagé d’importants chantiers techniques pour se doter d’outils internes indispensables à cette modernisation.

Aujourd’hui, le Département de la Dordogne souhaite franchir une étape supplémentaire et se doter d’un plan d’action stratégique pour offrir un accès aux services en ligne existants et à venir, lisible, simple, personnalisé et interfacé avec les applications internes.

L’objectif de cette étude est de définir les lignes directrices du Département pour la mise en oeuvre de l’e-administration e-administration L’E-administration ou administration électronique désigne l’utilisation des technologies de l’information et de la communication par les administrations publiques visant à rendre les services publiques plus accessibles à leurs usagers et à améliorer leur fonctionnement interne.

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/E-admi...
, qui permettront d’engager résolument la collectivité dans une continuité de services dématérialisés.

Quatre cibles sont identifiées : le citoyen, l’élu, le partenaire et l’agent.

L’étude comprend deux volets :

Le département mettra à disposition des acteurs publics les éventuels outils ou modules développés pour son compte. La problématique de l’interopérabilité étant prépondérante sur ce sujet, cette dernière sera rigoureusement recherchée. L’approche logiciel libre logiciel libre Un logiciel libre est un logiciel dont l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement, afin de garantir certaines libertés à l’utilisateur.

Ces droits peuvent être simplement disponibles (cas du domaine public) ou bien établis par une licence, dite « libre », basée sur le droit d’auteur.

Un logiciel est dit « libre » s’il confère à son utilisateur quatre libertés :

- la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;

- la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses besoins ;

- la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;

- la liberté d’améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.
sera privilégiée.

Consulter la délibération Savoir : Etude stratégique pour la mise en oeuvre de l’e-administration au Conseil général de la Dordogne