Modélisation 3D et visites interactives de la bastide de Monpazier

Afin de valoriser le patrimoine architectural remarquable et l’histoire de la bastide de Monpazier, la Commune porte un projet global de développement d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP). Dans ce cadre, elle souhaite utiliser les outils numériques pour produire et proposer des expériences de visite collectives et individuelles interactives, adaptées aux différents publics (adultes/enfants, standard/approfondi) et riches en contenu pédagogique.

Depuis la fin du XIXe siècle, l’intérêt exceptionnel de la bastide de Monpazier n’a eu de cesse d’être souligné : l’urbanisme particulièrement abouti qui a été conçu en 1284 est parfaitement préservé et révèle le cadre de vie des habitants d’une bastide du Moyen Âge à nos jours. Doter la bastide d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) est un projet ambitieux à l’échelle d’une petite commune qui regroupe 539 habitants. L’enquête de fréquentation de 2011 conforte la viabilité et la nécessité de ce projet : plus de 350 000 personnes visitent Monpazier tous les ans et beaucoup sont demandeuses d’une offre culturelle (concernant l’histoire de la bastide) encore insuffisante. Soucieuse de définir un programme solide et de qualité, l’équipe municipale s’est entourée de partenaires compétents dans la réalisation de sites culturels : des représentants de l’État (via la Drac d’Aquitaine), de la Région Aquitaine et du Conseil général de la Dordogne interviennent sous la forme de comités scientifiques et de pilotage pour élaborer tous les aspects du projet. Lors de la définition du projet, les outils numériques se sont imposés comme des procédés de médiation du patrimoine particulièrement adaptés au contexte de Monpazier.

Le volet numérique de ce projet se compose :

  • d’une maquette numérique 3D de la bastide, au coeur de l’exposition permanente du CIAP : en plus de donner une vision globale du site, inexistante en extérieur, cet outil numérique présentera un potentiel bien plus étendu qu’une simple maquette physique ;
  • d’un système de guide multimédia, qui proposera sur tablettes numériques : images fixes, vidéos, infographies animées, etc. L’objectif est de proposer au public une expérience de visite interactive, en exploitant des techniques (animation ou réalité augmentée par exemple) que des supports papiers plus traditionnels ne permettent évidemment pas. L’usage d’un outil de type tablette offre par ailleurs des conditions d’utilisation meilleures qu’un outil de type audio-guide ou même smartphone : la taille de l’écran, notamment, valorise davantage les contenus numériques, facilite leur prise en main par le public et autorise le partage du terminal par deux à trois personnes. Loin de la solution généralement passive de l’audio-guide l’interaction entre le public et les monuments, mais aussi entre les visiteurs eux-mêmes se trouvera ici accrue.
  • d’un site internet qui propose un aperçu de l’offre culturelle disponible au CIAP et laisse la possibilité au visiteur de trouver des développements concernant les thèmes entrevus pendant sa visite. Cette préparation/prolongation de l’expérience de visite sera aussi bien adaptée aux visiteurs individuels qu’aux responsables de groupes faisant l’objet d’une prise en charge pédagogique (scolaires, centres de loisirs).

L’enjeu est d’abord culturel, puisque ce CIAP doit proposer aux visiteurs ainsi qu’à la population locale des animations permanentes et ponctuelles liées au patrimoine de Monpazier. Cet apport de connaissance historique est par ailleurs indissociable de la dimension touristique du projet : la durée moyenne de la visite de la bastide est actuellement assez courte (1 à 2 heures) et une véritable offre culturelle pourra contribuer à faire de Monpazier une destination « à la journée », ce qui ne sera pas sans répercussions sur les commerces de l’agglomération (hôtellerie/restauration ou autre).

Ce CIAP n’est toutefois pas conçu pour le seul usage des touristes et doit être largement tourné vers la population locale ; il doit inciter celle-ci à poser un autre regard sur son cadre de vie, « objet patrimonial » qu’elle fréquente au quotidien sans nécessairement avoir les clefs de compréhension lui permettant de prendre la mesure de son intérêt.

Le numérique joue pleinement ici sa fonction de médiation quant aux enjeux de préservation et de restauration du patrimoine architectural.

Pour réaliser ces travaux, un appel d’offre a été lancé afin de recruter un prestataire spécialisé dans la conception et la réalisation d’outils numériques appliqués à la médiation du patrimoine culturel. Ces missions s’articuleront avec la réflexion déjà engagée par les architectes et scénographes du CIAP, afin de produire une continuité des outils de médiation et une fluidité des parcours de visite.

L’ouverture au public est prévue pour Juin 2013.

L’aide régionale accordée au volet numérique de ce projet est de 76 610€ sur un coût total de 141 950€.

Voir la délibération

PDF - 295.4 ko

Ce projet a candidaté et est soutenu dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt, AMI pour un numérique de proximité