Rapport d’Orientation sur la Politique de la Région Aquitaine en matière de Nouvelles Techniques d’Information et de Communication

13 octobre 2005

Sommaire

  1. L’existant et les enjeux
  2. Les objectifs
  3. Les moyens

    2 - Les objectifs

Le champ d’application des technologies de l’information est en constante évolution ; pour rester en permanence en avant de ces évolutions, il sera nécessaire d’évaluer et d’infléchir, sur une base annuelle, la politique régionale :

  • modification de contexte national, européen ou international ;
  • émergence de nouveaux enjeux ;
  • objectifs atteints ;
  • efficacité des actions ;
  • apparition d’effets indésirables des actions ;
  • objectifs obsolètes ;
  • définition de nouveaux objectifs...

Nous proposons ici un cadre global d’objectifs à moyen terme pour cette politique. Un cadre qui s’appuie sur :

  • l’existant, pour conforter l’avance, valoriser les acquis ;
  • l’analyse des risques d’un développement « naturel » des technologies de l’information ;
  • les compétences institutionnelles d’une Région ;
  • les problématiques et enjeux propres à l’Aquitaine ;
  • la capacité d’initiative et d’impulsion de notre Collectivité, pour préparer l’avenir.

Ainsi, trois objectifs guideront nos actions dans les années à venir :

  • tirer parti du potentiel de créations d’emplois des technologies de l’information ;
  • renforcer l’égalité des chances par un développement solidaire des technologies de l’information ;
  • assurer un aménagement du territoire équilibré.

    2 - 1. Tirer parti du potentiel de créations d’emplois des technologies de l’information

  • a) Par l’amélioration de la compétitivité de l’Aquitaine :
    La pénétration des technologies de l’information dans tous les secteurs d’activité crée des bouleversements sans précédent. Elle change, parfois radicalement, les méthodes de travail, ainsi que les compétences nécessaires en matière de ressources humaines.
    Leur impact dans le système économique et social génère de nouveaux produits et services, structure peu à peu de “nouveaux métiers” et génère de nombreux emplois, tant dans le secteur public que privé : emplois techniques du Web et du multimédia (infographistes, administrateurs de systèmes et de bases de données...), emplois périphériques (vendeurs, formateurs, publicitaires...), emplois du télétravail...
    De plus, le BIPE (Bureau d’Information et de Prévision Economique) démontre que les emplois indirects sont d’autant plus nombreux que les technologies de l’information se diffusent vite dans la société.
    Afin de faire face aux défis de la société de l’information, mais aussi plus largement, d’impulser le développement régional dans tous les secteurs d’activité (recherche/développement, production, services, commerce, administration, etc...), l’action portera sur :

    2 - 2. Renforcer l’égalité des chances par un développement solidaire des technologies de l’information

Les technologies de l’information doivent être à la fois un objet de formation (formation aux nouvelles technologies) et un moyen de formation (une formation plus efficace et plus diversifiée grâce aux nouvelles technologies).

En effet, le déploiement des technologies d’information et de communication génère des applications de plus en plus complexes. On peut mentionner, par exemple, les cadres d’entreprises et d’administrations appelés à fonctionner en Intranet, les employés chargés de mettre à jour un site sur Internet, les assistantes de division confrontées à un groupware, des personnes à la recherche d’un emploi à entraîner au travail collaboratif, les employés de bureau à former au télétravail, les besoins en chef de projets de commerce électronique...

Or, les salariés n’ont pas forcément les compétences suffisantes pour imaginer, conduire et assurer la pérennité des projets. Ce constat se vérifie dans de nombreux champs de la société. Il importe par conséquent de former les Aquitains à l’utilisation des T.I.C. tant dans leur vie privée que professionnelle.
Au plan régional, il est nécessaire de développer des offres de formation sur la maîtrise des usages « élémentaires » (formation généraliste et spécialisée) pour toutes les femmes, les hommes et les jeunes d’Aquitaine. Cela suppose un déploiement équilibré de l’offre sur le territoire régional.

Il s’agit de réunir toutes les conditions favorables avec les principaux acteurs de la formation, afin de garantir au maximum une égalité des chances pour tous les Aquitains qui vont être, de plus en plus, confrontés à cette mutation technologique et sociale, quelles que soient leurs conditions d’âge, de statut social, ou de résidence.

Très concrètement, la Région s’efforcera, en particulier, d’accélérer le développement quantitatif et qualitatif des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (T.I.C.E.) dans les établissements scolaires, les centres de formation d’apprentis et les organismes de formation professionnelle.

  • a) Le principe est retenu de poursuivre et d’intensifier avec le Rectorat (Direction de l’Informatique et Centre Académique des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement) le travail conjoint entrepris à propos d’INTERNET.
    Au-delà des connexions et des équipements nécessaires, déjà largement répandus, la Région apportera son concours à l’élaboration d’une production pédagogique adaptée.
  • b) D’ores et déjà, par convention avec l’autorité académique concernée (Recteur, D.R.A.F., D.R.A.M.), la Région participera à la formation d’au moins un enseignant par établissement scolaire, voire par école, qui pourra jouer le rôle de correspondant T.I.C.E..
    On constate, en effet, que, grâce aux efforts conjugués de l’Etat et de toutes les collectivités territoriales - dont bien évidemment la Région pour les lycées - les équipements informatiques et multimédias se sont considérablement développés. Encore faut-il aider l’Education Nationale, ainsi que les établissements agricoles et maritimes, dans l’effort massif de formation des personnels qu’ils ont entrepris, afin que ceux-ci soient en mesure de tirer le meilleur parti possible des T.I.C. dans leur enseignement.
  • c) La Région encouragera et facilitera, dans le cadre de l’ouverture des lycées, l’utilisation des T.I.C., en dehors du temps scolaire, pour un public plus large dans le cadre d’actions de sensibilisation ou de formation.
  • d) Une deuxième convention avec l’Education Nationale (Recteur), la D.R.A.F, la D.R.A.M. et, le cas échéant, la D.R.T.E.F.P., devra permettre un développement décisif de la Formation Ouverte à Distance (F.O.D.).
    En effet, dans une région comme la nôtre où l’étendue géographique et la très petite dimension des unités économiques font de la proximité un des enjeux de la formation professionnelle, la Formation Ouverte à Distance est une voie d’avenir pour l’accès de tous à une meilleure qualification.
    La convention devra intégrer les acquis des démarches déjà engagées dans certains grands réseaux tels que les GRETA, l’AFPA, le CNAM et les Universités, le CNED, etc, et permettre leur développement. Elle devra prévoir :
    • l’instrumentation pédagogique, notamment à travers l’analyse des contenus de formation et la rédaction des guides d’apprentissage,
    • la mise en place de plates-formes et de sites (4 plates-formes et 40 sites constitueraient un maillage pertinent) afin de réaliser un réseau à la disposition des opérateurs et permettre l’accueil du public en formation.

La Formation Ouverte à Distance ne constitue pas en effet une simple « télé-portation » de la séquence d’apprentissage, mais la mise en oeuvre d’une pédagogie différente, nécessitant, à côté de périodes de travail en site individuel, la présence au centre de ressources, disposant de matériel pédagogique, d’outils de communication et d’un personnel répétiteur à disposition des personnes en formation.

2 - 3. Assurer un aménagement du territoire équilibré

La modernisation des services privés et publics en Aquitaine s’inscrit dans une démarche de reconquête du territoire. Son objectif reste avant tout de garantir partout un service public de proximité efficace et de qualité. Les technologies de l’information et de la communication apparaissent comme le moyen privilégié de répondre à ces attentes.

Dans le cadre de ses politiques territoriales (politique contractuelle de développement rural, politique de la ville) la Région Aquitaine se fixe pour objectif, en partenariat avec les collectivités concernées, une meilleure organisation et un meilleur accès aux services (administratifs, culturels, éducatifs, ...) que doit permettre aujourd’hui une utilisation plus large des N.T.I.C.

En conséquence, la Région appuiera la réalisation, d’abord dans les zones à faible densité de population, mais aussi pour les populations des zones urbaines sensibles, de centres multi-services ou multimédias dans le but d’améliorer l’offre et la qualité des services à la population, de créer de véritables lieux de vie et de rencontre.

La dématérialisation des procédures administratives et le développement des télé-procédures constituent une préoccupation majeure de la Région. Celles-ci permettent en effet de réduire les délais et les coûts associés aux procédures classiques. Il s’agit donc de passer d’une logique d’expérimentation à une stratégie de généralisation progressive de mise en place des télé-procédures sur le territoire aquitain et ce, dans le domaine fiscal, comptable, social, douanier, etc.

Enfin, la pénétration des technologies de l’information et la dématérialisation des tâches administratives va amener progressivement les collectivités locales à développer une nouvelle organisation du travail. L’ouverture de sites web, le développement d’intranets, la mise en place de terminaux de visioconférence, sont autant d’outils qui vont entraîner de profonds changements dans le travail quotidien des agents. L’utilisation croissante de toutes les formes de communication électronique, par l’administration, constitue donc un objectif d’autant plus important qu’elle renforce sa capacité à contribuer à l’aménagement du territoire, par le développement du télétravail.